Créations

Je travaille les terres de haute température : grès de Puisaye et porcelaine de Limoge.

Tourner, modeler, décorer, déformer, assécher, déchirer, poncer, brûler, etc. ; il y a tant de manières de toucher la terre. J’aime mêler les approches afin de susciter autant d’évidences que de questionnements dans une pièce ou un ensemble.

En cuisson électrique la flamme ne vient pas brûler les pièces, c’est alors que la fabrication des émaux prend toute son importance. Quand je mets au point un émail, il est aussi essentiel de pouvoir l’utiliser très précisément que de le laisser échanger avec la terre. Les retraits, les coulures, les anfractuosités de l’émail même feront vivre une pièce et lui donneront son caractère unique.

porcelaines

Les porcelaines

La porcelaine peut être lisse et blanche jusqu’à apparaître translucide. Mais j’aime faire naître de la discordance, dans ce matériau si classiquement beau ; et tenter d'éveiller la palette d’émotions la plus intense.

Les contraires s’accordent et la discordance créé la plus belle harmonie.

chamottées

Les terres chamottées

La terre chamottée est la plus tolérante des terres, elle laisse quasiment toujours une deuxième chance. Mais qu'on la travaille ou qu’on l’émaille, il ne faut pas oublier M. Saramago !

La terre cuite est comme les êtres humains, il faut bien la traiter.

arbres

Les arbres

Je suis immensément attirée par les arbres. Leurs écorces, leurs feuilles, fleurs, allures, leurs bois, leurs nœuds, etc. Je tente souvent d’en capturer un morceau dans une pièce.

Là où il n’y a pas d’arbre, il n’y a pas de vie.

raku

La cuisson au bois et le raku

Lors d’une cuisson au feu de bois, les pièces sont léchées par la flamme, elles prennent un aspect brûlé, métallisé ou émaillé par les cendres des bois brûlés. Conviviale et très intense, la cuisson à la flamme rend à la céramique sa part sauvage d’art du feu.

Devant une flamme, dès qu’on rêve, ce que l’on perçoit n’est rien au regard de ce qu’on imagine.